<

Mondial 2010 : Domenech livre sa version de l’altercation avec Anelka

Raymond Domenech (à gauche) et Nicolas Anelka
Raymond Domenech (à gauche) et Nicolas Anelka Panoramic

Huit ans plus tard, Knysna et la Coupe du monde 2010 rocambolesque (pour rester gentil) des Bleus continue de faire parler. Interrogé à l’occasion d’un documentaire diffusé ce dimanche sur Canal+, Raymond Domenech a raconté l’échange musclé avec Nicolas Anelka à la mi-temps du match de poule France-Mexique. L’ancien sélectionneur tricolore assure ne jamais avoir entendues les insultes prêtées par L’Equipe à son attaquant.

19 juin 2010. L’équipe de France, déjà au bord du gouffre lors du Mondial en Afrique du Sud, vacille encore un peu plus. La nouvelle rafale vient des kiosques. Sur sa Une du jour, L’Equipe lâche sans ambages ce que Nicolas Anelka aurait dit à son sélectionneur Raymond Domenech à la mi-temps du deuxième match de poules perdu contre le Mexique (2-0) : « Va te faire enculer sale fils de pute ! ». L’attaquant de Chelsea est ensuite viré et les joueurs jouent le fameux épisode de la grève à Knysna en refusant de descendre de leur bus pour s’entraîner. Dans un documentaire diffusé ce dimanche sur Canal +, Domenech raconte ce qu’il s’est réellement déroulé dans les vestiaires du stade Peter-Mokaba de Polokwane.

« Dans un vestiaire, on a des explications. Mais il n'a pas dit ce qui a été écrit dans les journaux, c'est une certitude. A la mi-temps, je lui dis: ‘‘Nico, ce que je veux, c’est que tu ailles dans la profondeur. On est dix sur le banc, on a tous vu que tu n’y allais pas’’. ‘‘Oui mais c’est toujours moi’’. ‘‘Oui, c’est bien toi qui joues là. » Là, il a ses chaussures à la main. En se tournant et en jetant ses chaussures, il dit : ‘‘Tu n’as qu’à la faire, ton équipe de merde’’. Je lui ai dit : ‘‘Tu as raison, tu sors’’. Et je dis à Gignac de s’échauffer. » Et de conclure : « Le truc qui m’avait vexé, c’est qu’il m’a tutoyé, poursuit Domenech. Pour moi, c’est un manque de respect de la fonction. Je suis sélectionneur, il est joueur. Quelqu’un qui m’a toujours vouvoyé me tutoie devant les copains. Il a cassé le rapport qu’il y avait. C’était fini, il n’y avait pas de débat. » Une scène qui avait déjà été racontée, mais avec moins de détails, par François Manardo, ancien chef de presse des Bleus, et William Gallas, présent dans l’équipe lors de ce Mondial 2010, en septembre 2016 dans Le Vestiaire sur SFR Sport 1.