<

OM-Atlético (0-3) : Le petit prince Griezmann tient son trophée

Reuters
Pas d'exploit pour l'Olympique de Marseille, battu par un Atlético rigoureux et très réaliste ce mercredi, en finale de Ligue Europa (3-0) à Lyon. Les Colchoneros ont semblé souffrir en première période mais ont profité d'une erreur marseillaise pour ouvrir le score. Antoine Griezmann a signé le doublé de la victoire et engrange là le premier grand trophée de sa carrière. Pour des adieux à un Atlético qui l'aura fait changer de dimension ?

Il ne fallait pas être surpris : quiconque a vu l'Atlético de Madrid jouer cette saison - voire même les saisons précédentes - savaient à peu près à quoi s'attendre : de la patience de la part d'une équipe qui se fiche royalement d'avoir le contrôle du jeu, une défense qui semble parfois malmenée mais ne rompt jamais, une capacité à foudroyer l'adversaire en contre et un réalisme froid. Les Colchoneros ont appliqué à la lettre cette recette ce mercredi soir, pour remporter la finale de la Ligue Europa contre un Olympique de Marseille volontaire mais un cran en dessous dans la maîtrise (3-0).

La perte de Payet au bout d'une demi-heure

Marseille a manqué de chance, ce qui n'a pas aidé à bouger une équipe adverse déjà supérieure. C'est sur une relance hasardeuse de Steve Mandanda dans les pieds d'un Zambo Aguissa qui a raté son contrôle que l'Atlético a ouvert le score. Le but est signé Antoine Griezmann, venu mettre la pression sur la défense marseillaise comme il aime tant le faire avec son équipe. 1-0 à la 21e minute... et un deuxième coup dur pour le club phocéen dix minutes plus tard, avec la sortie de Dimitri Payet. Victime d'une élongation de la cuisse et absent pour le déplacement à Guingamp vendredi, le meneur de jeu n'aura tenu qu'une demi-heure, cédant sa place en larmes à Maxime Lopez.

Après 20 premières minutes plutôt plaisantes de la part des hommes de Rudi Garcia - tout proches d'ouvrir le score par Valère Germain à la 4e minute - le match a tourné. L'Atlético, qui avait subi quelques actions olympiennes sans toutefois paniqué, a définitivement pris l'ascendant psychologique pour asseoir son avance technique et physique. 

Griezmann dans l'histoire et enfin récompensé

Au retour du vestiaire, Antoine Griezmann a planté la deuxième banderille : un but sublime suite à un contre express. Lancé par Koke, l'attaquant français signe un contrôle sublime, prend le dessus sur Jordan Amavi pour venir placer un piqué du gauche. Limpide. "Grizi" est le premier français de l'histoire à inscrire un doublé en finale de Ligue Europa ou Ligue des champions, rien que ça ! Une sacrée récompense pour celui qui attendait toujours d'ouvrir son compteur et ruminait son tir au but manqué en finale de Ligue des champions 2016 face au Real Madrid. Le sort est conjuré pour un joueur qui pourrait bien quitter le club qui l'a fait exploser au plus haut niveau cet été, la rumeur barcelonaise étant de plus en plus insistante.

Marseille avait le ballon mais pas les occasions : tant qu'équipes se sont heurtées à la défense et la froideur d'un Atlético qui n'aura ensuite tremblé qu'une fois, sur ce poteau de Kostas Mitroglou (81e). Une occasion ratée... sanctionnée d'un troisième but encaissé à la 89e, signé du capitaine Gabi. Score sans appel, qui reflète l'écart entre un habitué de la grande coupe d'Europe et un OM presque miraculé. Cet Atleti engrange la troisième C3 de son histoire après 2010 et 2012 : une jolie manière d'offrir à Fernando Torres, l'idole des supporters, la sortie qu'il mérite.