<

L’Euro a rapporté gros à la France

Le trophée de l'Euro
Le trophée de l'Euro AFP

Selon une étude menée par l’organisme Keneo et le centre de droit et d’économie du sport de Limoges, l’Euro 2016 organisé en France aurait eu des retombées économiques sur le pays à hauteur de 1,22 milliard d’euros. Contre un coût officiellement chiffré à moins de 200 millions en dépenses d’argent public.

L’Euro, finalement, c’est comme le Loto. C’est pas cher (enfin, tout est relatif) et ça peut rapporter gros. Ç’a rapporté gros, même. Alors que la compétition continentale organisée en France en 2016 avait officiellement coûté moins de 200 millions d’euros d’argent public, entre 24 pour la sécurité et 160 pour la construction/rénovation des onze stades du tournoi, le reste étant assumé par des fonds privés et par l’UEFA (organisatrice du tournoi), il aurait rapporté un peu plus de 1,22 milliard d’euros de retombées économiques selon les chiffres d’une étude conjointement menée par l’organisme Keneo et le centre de droit et d’économie du sport de Limoges (CDES) publiés ce mardi par le ministère des Sports. 

Un impact financier en deux volets : 625,8 millions d’euros pour le tourisme, avec des moyennes de 154 euros dépensés par journée et de 7,9 jours passés en France pour les « visiteurs Euro », et 596 millions pour l’organisation, liés aux dépenses opérationnelles de l’UEFA (360 millions), à celles des 24 équipes participantes (34,9), des personnes accréditées (34,8) et des sponsors (22,6).  Au total, l’organisation de la compétition a représenté un accroissement de l’activité équivalent à 116.750 mois travaillés et à également rapporté en termes fiscaux avec notamment 70 millions d’euros encaissés en TVA. Des retombées à peu près conformes aux attentes des dix villes hôtes.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable