<

France-Portugal : une revanche qu'ils le veuillent ou non

Olivier Boscagli et Jean Kévin Augustin
AFP

Onze jours après la défaite de la France en finale de l’Euro face au Portugal, les deux pays se retrouvent en demi-finale de l’Euro U19, ce jeudi (17h00). Une rencontre qui a tout d’une revanche pour les jeunes Bleus qui s’en défendent.

C’est un souvenir qu’on aimerait effacer mais qui est encore bien vivace. Il faut dire que cela ne fait que onze jours que le Portugal a terrassé l’équipe de France en finale de son Euro (1-0, a.p.). Onze, c’est aussi le nombre de joueurs français qui prendront place sur la pelouse de Mannheim (Allemagne) pour s’offrir une revanche en demi-finale de l’Euro U19 face au Portugal, ce mercredi (17h00).

Cette fois, Antoine Griezmann laisse place à Kylian Mbappé, Olivier Giroud à Jean-Kévin Augustin, Dimitri Payet à Ludovic Blas et Moussa Sissoko à Lucas Tousart. Les U19 ont rendez-vous avec leur destin. Le Carl-Benz Stadion de Mannheim sera leur Stade de France, sans envahissement de papillons, sans trophée à gagner au terme des 90 minutes, mais avec un enjeu tout aussi important.

Le sélectionneur Ludovic Batelli et ses hommes s’échinent pourtant à évacuer la pression de la finale perdue des Français lors de l’Euro 2016. Ils rejettent cet épisode. « Je vais la faire courte, ce n’est pas la même compétition, ce n’est pas une finale et que ce soit le Portugal ou un autre, j’aurais eu le même discours auprès des joueurs », s’est agacé l’entraîneur.

D’autant que le Portugal est lancé sur la route d’un incroyable triplé de générations après l’Euro 2016 et l’Euro U17 remportés, l’Euro U19. Voire un quadruplé avec les JO en ligne de mire. Les Français, peu importe l’issue et peu importe leur volonté, surferont sur la vague des Bleus de Deschamps, dont ils seront les descendants. 

Une histoire à écrire

Loin de l’agitation, les coéquipiers du gardien bordelais Paul Bernardoni ont franchi les étapes crescendo dans cette compétition. D’abord défaits par l’Angleterre lors de leur entrée en lice en phase de groupes (1-2), les Bleuets se sont repris avec fracas contre la Croatie (2-0), puis les Pays-Bas (5-1), portés par le Parisien Jean Kevin Augustin et le Monégasque Kylian Mbappé. Les deux jeunes attaquants sont respectivement premier et deuxième au classement des buteurs, preuve de la domination française.

Pour s’offrir cette revanche qu’ils ne veulent pas nommer, les jeunes Français aligneront la même équipe que celle qui a balayé les Pays-Bas à l’exception Jérôme Onguéné, suspendu, qui laisse sa place vacante en défense centrale. Jérémy Gelin pourrait le remplacer, pour tenter de se qualifier en finale et de remporter un troisième Euro après 2005 et 2010. Mais la marche à franchir est lourde de symboles.