<

Özil et le clan bling-bling encore pointés du doigt en Allemagne

Mesut Özil et Jérôme Boateng visés par les critiques
Mesut Özil et Jérôme Boateng visés par les critiques Panoramic

Tenante du titre, l’Allemagne a raté son entrée en lice dans le Mondial 2018. Inexistant lors de la défaite de la Mannschaft contre le Mexique (1-0), Mesut Özil cristallise les critiques et son comportement désinvolte ne passe plus.

La scène pourrait faire sourire si elle ne traduisait pas les tensions qui entourent désormais la sélection allemande lors de la Coupe du monde en Russie. Avant le match contre la Suède ce samedi, un journaliste a proposé un billet de retour pour l’Allemagne à Sami Khedira. Si le milieu de la Mannschaft a refusé l’offre et donné rendez-vous le 16 juillet, soit le lendemain de la finale du Mondial, son équipe risque bien de prendre la porte en cas de nouvelle défaite contre la formation scandinave. En plus d’un jeu un peu terne lors de la défaite face au Mexique (1-0), le groupe allemand ne connait un mondial de tout repos. Les plus pessimistes évoqueraient même une crise au sein de l’équipe dirigée par Joachim Löw.

Le "clan" Özil face aux Bavarois

Irrégulier cette saison avec Arsenal malgré ses quatre buts et huit passes décisives en 26 apparitions, Mesut Özil ne parvient pas à mener l’Allemagne vers les sommets du Mondial. Contre le Mexique, le Gunner n’a rien montré ou presque. On retiendra plus volontiers sa tentative désespérée de tacle sur le but d’Hirving Lozano qu’une ouverture lumineuse dans la surface adverse. Et pour cause, le numéro 10 n’a pas pesé sur la rencontre. La légende Lothar Matthaus (cinq participation au Mondial entre 1982 et 1998) a critiqué son attitude. Ce vendredi, le journal Sport Bild y voit quelque chose de plus profond : une guerre des clans au sein de la sélection allemande. Selon le quotidien, un groupe composé de Mesut Özil, Sami Khedira, Jérôme Boateng et Julian Draxler irriterait le reste de l’équipe. Ce « gang bling-bling » se serait surtout attiré les foudres de plusieurs cadres de la sélection : Manuel Neuer, Mats Hummels, Thomas Müller et Toni Kroos.

Le meilleur moyen de faire taire les critiques ? Une victoire et avec la manière contre la Suède ce samedi. En cas de nouvelle contre-performance, la sélection allemande pourra dire adieu au Mondial. Dès lors, le retour outre-Rhin s’annoncera mouvementée et certaines langues pourraient bien se délier.