<

Qui est le mystérieux ostéopathe qui a remis Sidibé sur pied en un temps record ?

Panoramic

Victime d’une lésion au genou droit le mois dernier qui aurait dû le contraindre à arrêter net sa saison, Djibril Sidibé a non seulement tenu sa place hier avec les Bleus face à l’Irlande et verra la Coupe du monde en Russie. Un « exploit » derrière lequel se cache un homme : Morad Amrouni, ostéopathe discret mais terriblement efficace, et dont la cote ne cesse de grimper.

Il y a plus d'un mois, on ne donnait pas cher de la « peau » de Djibril Sidibé. Victime d’une lésion au genou, autrement dit d’un problème grave au niveau du ménisque externe du genou droit, le Monégasque ne s’imaginait faire partie de la liste des 23 de Deschamps pour la Coupe du monde en Russie. Quand le latéral droit se blesse le 15 avril face au PSG (1-7), sa fin de saison prématurée se dessine. L’IRM montre que le ménisque et le cartilage sont touchés et Leonardo Jardim estime une indisponibilité « entre 4 et 7 semaines ».

Les staffs médicaux de son club et des Bleus conseillent alors une opération mais pour préserver ses rêves de voir la Russie, l’ex-Lillois opte pour un protocole médical alternatif, sans bistouri ni lourdeur chirurgicale. Sur les conseils de son ostéopathe, l’international français tente le pari de ne pas se faire opérer. « Il a fallu à Djibril beaucoup de courage pour prendre et assumer cette décision », raconte-t-on dans son entourage.

Le doc du PSG bluffé

Dès le lendemain de la rupture de son ligament, Sidibé est manipulé au niveau du genou et réagit bien aux yeux du praticien qui le suit depuis 4 ans. Son nom ? Morad Amrouni, un ostéopathe de 45 ans basé à Roubaix et très réputé dans le petit milieu des footballeurs, qui exerce depuis une quinzaine d’années. Affilié à aucun club car soucieux de l’intérêt exclusif de ses patients, ce père de 2 enfants est très sollicité en France et à l’étranger. D’où sa volonté de conserver l’anonymat jusqu’à aujourd’hui où il a finalement accepté de lever le voile sur son travail, quelques heures après le premier galop d’essai concluant de Sidibé avec les Bleus face à l’Irlande (3-0).

Pour faire valider ses progrès et la fonctionnalité de son genou, Sidibé consultera deux praticiens reconnus durant son protocole de renforcement/rééducation : un traumatologue de la Pitié-Salpétrière et Eric Rolland, le docteur du PSG. Ce dernier qualifie de « bluffant » l’état de son genou et pèsera même de tout son poids pour que ce protocole soit accepté par le staff des Bleus et de l’ASM. Soutenu par son agent et Vadim Vasilyev, le vice-président de l’ASM, Sidibé doit ensuite faire constater son aptitude au préparateur physique des Bleus, Gregory Dupont, lors de trois jours de tests à Clairefontaine.

Moins d’un mois après sa blessure, le latéral droit fait son retour à la compétition le samedi 12 mai. Il refoule la pelouse de Louis II à la 68e minute face aux Stéphanois. Une entrée suffisamment convaincante pour être appelé par Didier Deschamps dans la liste des 23 pour la Coupe du monde. Et valider définitivement un retour pour ne pas dire un miracle auquel personne ne croyait possible et crédible.

"Son premier objectif est de rendre fonctionnel le muscle ou l’articulation"

« La méthode de Mourad est simple, explique un de ses illustres patients, un international qui a préféré conserver l’anonymat. Son premier objectif est de rendre fonctionnel le muscle ou l’articulation. Il prend le temps qu’il faut. C’est parfois douloureux mais ça fonctionne. Ensuite, il réduit l’inflammation via notamment un travail de glaçage, de massages et d’étirements. »

Si les joueurs font naturellement appel aux docs de leurs équipes respectives, de plus en plus de joueurs font appel à des praticiens indépendants pour obtenir des soins ciblés et à la carte. Un peu à l’image de ce qui se pratique avec le coaching sportif personnalisé, le bouche-à-oreille favorisant la publicité de ce type de profils très recherchés. « Les joueurs font en général confiance en leur staff médical, explique un joueur. Mais s’ils ne sont pas soignés comme ils le souhaitent, qu’ils se sentent négligés par des kinés ou qu’ils craignent de rater certaines échéances (transfert, compétitions internationales, ndlr) à cause d’une blessure, alors ils regardent ce qui se fait à l’extérieur. » Et c’est là que le téléphone de Morad Amrouni se met à vibrer.

Le miraculeux rétablissement de Souaré

Toujours aux petits soins pour sa clientèle, l’ostéopathe nordiste n’hésite jamais à quitter son cabinet pour aller à la rencontre de « ses » joueurs. Des méthodes qui se démocratisent dans le sport de haut niveau. Et qui portent leurs fruits puisque ses méthodes ont permis à ses patients – des joueurs français et étrangers - d’éviter des opérations et de soigner leurs blessures parfois en des temps record. C’est ainsi qu’il parvient régulièrement à soigner des déchirures musculaires en à peine une semaine. Ou une élongation aux ischio-jambiers en 72 heures. Des cas plus graves également comme celui de l’ex-Lillois Pape Souaré, victime en septembre 2016 d’un grave accident de voiture. Alors que les médias anglais annonçaient sa fin de carrière, l’international sénégalais refoulait les terrains moins d’un an après.

« Lors d’une blessure articulaire, les clubs sont généralement favorables à l’opération, souligne Amrouni. Or dans certains cas, l’opération est évitable. Pour moi, c’est la dernière option que je recommande à mes patients. Pour Djibril Sidibe par exemple, je m’y suis opposé catégoriquement. » Mais si la voix de l’international tricolore a pesé de tout son poids et a été écoutée par son président, on comprend qu’il est moins évident pour un jeune joueur d’aller à l’encontre d’une décision du staff médical de son club…