<

La Russie et Golovin cartonnent d’entrée

Aleksandr Golovin a brillé en ouverture du Mondial
Aleksandr Golovin a brillé en ouverture du Mondial Reuters

La Russie s’est largement imposée contre l’Arabie saoudite (5-0) ce jeudi en ouverture du Mondial 2018. Le pays hôte de la compétition pourrait devenir l’une des bonnes surprises du tournoi si Aleksandr Golovin parvient à garder le même niveau de jeu.

Quatre ans d’attente et voilà les fans de monde du monde entier enfin comblés. La Coupe du monde 2018 en Russie a débuté. Après une cérémonie d’ouverture animée par la performance (et le doigt d’honneur) de Robbie Williams, Vladimir Poutine et Gianni Infantino ont lancé la compétition. Quatre ans après le sacre allemand au Brésil, le football a repris ses droits sur la pelouse du stade Loujniki de Moscou. Si l’affiche de ce premier match ne faisait pas vraiment saliver, la Russie et l’Arabie saoudite ont finalement proposé un joli spectacle. Le pays hôte l'a emporté avec la manière (5-0).

Golovin, tsar au grand jour

Décevants lors de la Coupe des Confédérations en 2017, les Russes ont attaqué dès l’entame de la rencontre. La pépite Aleksandr Golovin a pris ses responsabilités pour mener les siens vers la victoire. Très remuant, le milieu offensif du CSKA Moscou a peut-être éteint les derniers doutes sur sa faculté à briller dans les matches importants. C’est bien lui qui délivre un amour de centre pour le premier but de Iouri Gazinski (1-0, 12e). Juste avant la mi-temps, Aleksandr Golovin participera encore au deuxième but des Russes inscrit par Denis Cheryshev (2-0, 43e). Toujours aussi remuant après la pause, le joueur de 22 ans a encore offert un caviar sur la tête d’Artyom Dziouba (3-0, 71e) pour permettre à la Russie de venir à bout d’une faible équipe saoudienne. Denis Cheryshev alourdira la marque sur une frappe splendide de l'extérieur du pied dans les arrêts de jeu (4-0, 91e). Comme un symbole, Golovin finira le travail sur un coup-franc magnifique (5-0, 94e). Sensationnel.

La bonne surprise russe ?

Surtout, le pays hôte a prouvé qu’il faudrait compter sur lui lors de cette compétition, tout un pays y croit désormais. Même en cas de défaite contre l’Uruguay lors de la prochaine journée, le duel contre l’Egypte pourrait véritablement sonner comme une finale pour la deuxième place dans ce groupe A. Un peu comme la génération des Arshavin et autres Pogrebniak, demi-finaliste de l’Euro 2008, l’équipe entrainée par Stanislav Tchertchessov rêve maintenant d’une qualification pour les huitièmes de finale du Mondial. Mais avec un Aleksandr Golovin dans un tel état de forme, tout semble possible.