Italie : De Rossi explique son coup de gueule sur le banc

Daniele De Rossi en sélection italienne
Daniele De Rossi en sélection italienne AFP

Elimination de la course à la Coupe du monde 2018 oblige, l’Italie cherche des explications à sa déroute dans le barrage face à la Suède. Avec en symbole un Daniele De Rossi vu sur le banc en train de refuser d’entrer en jeu pour privilégier un attaquant. Le milieu de la Roma s’est expliqué sur son geste à l’issue de la rencontre, la dernière de sa carrière internationale.

« Pourquoi est-ce que je devrais rentrer ? » La scène, tirée du barrage retour entre l’Italie et la Suède (0-0) ce lundi soir à Milan, a fait le tour du monde. Dans l’obligation de marquer un but pour espérer se qualifier à la Coupe du monde 2018, ce qu’elle n’aura finalement pas réussi, la Squadra a vécu un mini-drame sur le banc de touche en seconde période. Au centre de l’affaire ? Daniele De Rossi, apparu en pleine palabres avec un membre du staff de Giampiero Ventura. Le joueur de la Roma, qui savait qu'il vivait le dernier match de sa carrière internationale en cas d'élimination, semblait exprimer son refus d’entrer en jeu avant de pointer vers Lorenzo Insigne, un attaquant qu’il pensait (comme beaucoup) capable de débloquer la situation. Comme une preuve concrète de l’explosion de cette Italie qui ratera le Mondial pour la première fois depuis 1958. 

Interrogé sur le sujet à l’issue de la rencontre, l’intéressé a tout de même tenu à calmer un peu le jeu… sans vraiment y arriver. « On a l’habitude de s’échauffer trois par trois et après cinq minutes, un autre trio vient remplacer le précédent, a expliqué De Rossi à Rai Sport. J’ai juste dit que nous étions proches de la fin du match et que nous devions gagner donc qu’il fallait envoyer les attaquants s’échauffer. C’est là que j’ai pointé vers Insigne. Ce n’était pas à moi de dire s’il y avait un problème tactique. Je suis désolé si j’ai offensé quelqu’un. A ce moment-là, j’ai juste pensé qu’il était mieux que ce soit Insigne qui rentre. » Ou comment tenter d’offrir une autre explication avant de revenir à celle que tout le monde avait compris. Le symbole d’une équipe où rien n’a tourné rond ces derniers temps.