De Bruyne critique son sélectionneur… qui ne le prend pas mal

AFP

Véritable maître à jouer de Manchester City, Kevin De Bruyne n’a pas la langue dans sa poche. Visiblement énervé du match nul concédé par la Belgique en amical contre le Mexique (3-3) vendredi à domicile, le milieu de terrain a tout simplement remis en cause les choix tactiques de son sélectionneur Roberto Martinez. Ce dernier a réagi avec beaucoup de retenue. 

Kevin De Bruyne est un perfectionniste. Après tout, il faut de l’exigence pour arriver au niveau qu’il affiche cette saison à Manchester City. Le milieu de terrain y est tout simplement éblouissant en tant que maître à jouer, capable de déclencher le mouvement, de faire la différence sur l’avant-dernière passe ou d’offrir le caviar salvateur… 

"On doit trouver un plan tactique pour l'équipe"

En plus de sa légitimité sur le terrain, le Belge affiche une franchise rare. Le match nul concédé contre le Mexique en Belgique vendredi (3-3) en amical n’est pas passé, il l’a clairement fait comprendre… en regrettant les choix tactiques de son sélectionneur Roberto Martinez, notamment cette défense à trois. « Le match contre le Mexique a confirmé ce que j'avais dit après la Bosnie: on doit trouver un plan tactique pour l'équipe, expliquait De Bruyne dans la Dernière Heure. On a joué contre le Mexique avec un système qui n'était pas bon pour battre cette équipe. On a créé des occasions, mais je pense qu'au plan défensif, il y avait trop d'espaces, car nous étions trop derrière, nous n'avons pas eu le courage de placer l'équipe plus haut. Cela a permis au Mexique d'avoir la possession… »

Après une longue analyse tactique, Kevin De Bruyne a précisé sa pensée : « Je ne suis pas quelqu'un qui pointe une autre personne du doigt, je suis quelqu'un qui essaie de trouver des solutions, insiste le Skyblue. L'important c'est que tout soit ok pour le Mondial. C'est peut-être l'un des derniers moments avec cette équipe où l'on peut faire quelque chose de bien. Nous avons des joueurs au top à chaque poste. » Cinglant. 

"Je ne l'ai pas pris comme une attaque personnelle"

Un discours précis, sincère mais qui vaudrait des remontrances à plus d’un joueur. Roberto Martinez ne semble pourtant pas en vouloir à son cadre. « Je ne l'ai pas pris comme une attaque personnelle, explique-t-il en conférence de presse à la veille du match contre le Japon. Je pense que c'est un commentaire honnête sur comment il a ressenti ses 45 minutes contre le Mexique. Tous les joueurs ont leur opinion. La différence est que certains l'expriment publiquement et d'autres la gardent dans le vestiaire. » Mais le sélectionneur garde la main. « Je ne vais pas changer contre le Japon sur base des déclarations de ces dernières 24 heures. Je vais encore faire des essais », insiste Roberto Martinez. Le message est passé. De là à ce qu’il ait des conséquences…