<

Gremio-Lanus : L’ancien club de Ronaldinho est redevenu "brésilien"

Luan
Luan AFP

S’il a lancé Ronaldinho ou Valdo, le Gremio, qui défie Lanus en finale de la Copa Libertadores (0h45, en direct sur SFR Sport 2) a souvent trainé l’image « du club brésilien le plus argentin ». Sous l’égide de Renato Gaucho, le club de Porto Alegre affiche désormais un style offensif sans égal actuellement au Brésil.

Ce mercredi, dans l’Arena do Grêmio, les supporters de Lanus (Argentine) auront quelques raisons de se sentir comme à la maison lors de la finale aller de la Copa Libertadores (0h45, en direct sur SFR Sport 2). Gremio, leur adversaire, a souvent reçu l’étiquette du « club brésilien le plus argentin ». « Si le Brésilien est humble, Gremio a toujours été arrogant, explique Alvaro Oppermann, journaliste local et fan de Gremio, dans le quotidien La Nacion. Le Brésilien est généralement très encourageant, celui de Gremio non. Il peut être bruyant mais pas encourageant. Le Brésilien est habile, ceux de Gremio aiment griffer pour se démarquer. »

Résident de Porto Alegre, situé dans le sud du pays, Gremio partage quelques similitudes avec le voisin honni. Les supporters reprennent les mêmes chansons qu’en Argentine, se parent souvent de blanc et bleu et apprécient le mate. 

112 buts inscrits cette saison

Sur le terrain, l’équipe n’a pourtant plus grand-chose à voir avec le style défensif qui a fait ses succès passés et qui a notamment mené le club à la victoire en Copa Libertadores en 1995. Vingt-deux ans plus tard, Renato Gaucho a imprimé sa patte pour en faire l’une des équipes les plus offensives du Brésil. Cette saison, le Gremio a inscrit 112 buts. Si la défense reste solide dans le sillage de Pedro Geromel (dans les radars de la sélection brésilienne) et Water Kanneman, l’équipe bénéficie aussi de l’apport des latéraux, si propres au Brésil, Ramiro et Fernandinho. 

Luan, la star courtisée par le Barça

Soutenue par la paire Jailson-Michel, la star de l’équipe, Luan a pris les clés du jeu de cette équipe. Rapide et excellent dans les transmissions, le milieu offensif figure dans les radars de nombreux clubs européens, dont celui du Barça. Certains lui voient embrasser le même destin que ceux de Ronaldinho ou Valdo, formés au club avant de partir briller en Europe (Luan n’a rejoint Gremio qu’en 2013). Il imprime le rythme de cette équipe qui compte également sur Lucas Barrios, ancien attaquant du Borussia Dortmund passé par Montpellier. Et qui veut s’offrir la deuxième Copa Libertadores de son histoire avec style.