<

Cruzeiro - Universidad de Chile : Lucas Silva, l’ancien flop de l’OM toujours sur la pointe des pieds

Lucas Silva
Lucas Silva Reuters

Loin de la furie européenne qui envahit Marseille, Lucas Silva, prêté à l’OM en 2015-16, pourrait être titulaire ce jeudi lors du match de poule de Copa Libertadores entre Cruzeiro et l’Universidad de Chile (en direct à 0h10 sur SFR Sport 3). Prêté dans son club formateur par le Real Madrid, le Brésilien peine toujours à retrouver le niveau qui avait convaincu les Merengue de débourser 13M€ pour le recruter en 2015.

Les saisons européennes de l’OM ne se ressemblent pas. Alors que la ville s’embrase pour la demi-finale aller de la Ligue Europa face au Red Bull Salzbourg, ce jeudi, elle était beaucoup plus silencieuse il y a deux ans au cours d’une saison aussi beaucoup plus chaotique. Entre le claquement de porte de Marcelo Bielsa dès la première journée, les intérims de Franck Passi et la nomination de Michel pour finir, les Olympiens s’étaient arrêtés en huitième de finale de la C3 face à l’Atheltic Bilbao. Une campagne à laquelle avait assidument participé Lucas Silva (25 ans), qui avait disputé tous les matches de poule avant d’être évincé du groupe pour les huitièmes. 

Deux ans plus tard, le milieu de terrain évolue loin de l’Europe. Il joue actuellement au Cruzeiro, son club formateur où il est prêté depuis la saison dernière et jusqu’en juin 2018 par le Real Madrid. Le géant espagnol attend toujours le retour sur investissement sur un joueur acheté 13M€ à Cruzeiro en janvier 2015. Sous contrat jusqu’en 2020 avec les Merengue, Silva avait grappillé un peu de temps de jeu lors de ses six premiers mois dans la capitale espagnole (9 matches dont un 8e aller de Ligue des Champions) avant que la Maison Blanche ne l’envoie s’aguerrir sous d’autres cieux. Il avait donc pris la direction de Marseille où l’encéphalogramme de ses prestations est resté désespérément plat. 

Panoramic

Celui de son cœur s’est en revanche emballé à l’été 2016 lors de sa visite médicale pour un nouveau prêt au Sporting Lisbonne. L’affaire a capoté en raison d’une altération du rythme cardiaque et l’international brésilien U20 et U23 a attendu de longs mois avant de voir le bout du tunnel. Il a finalement pris la direction du club où tout a commencé en février 2017 et où ce problème ne semble pas poser de souci pour la suite de sa carrière. Comme à l’OM, celle-ci se passe dans la plus grande discrétion.  

Une Coupe du Brésil la saison dernière

A Belo Horizonte, Silva a été utilisé avec parcimonie par Mano Menezes la saison dernière. Il a participé 20 matches de championnat lors d’une saison conclue par une cinquième place et une victoire en Coupe du Brésil. Il a aussi dû se battre dans un secteur ultra-concurrentiel au milieu d'Ariel Cabral, Henrique, Hudson et Lucas Romero.

Panoramic

Utilisé le plus souvent dans des matches sans gros enjeu, Silva a toutefois été titularisé dans l’entrejeu en Copa Libertadores la semaine dernière. C’était face à l’Universidad de Chili (0-0) que Cruzeiro retrouve ce jeudi soir (match diffusé en direct à 0h10 sur SFR Sport 3 dans la nuit de jeudi à vendredi). « J’étais surpris quand Mano est venu me chercher à l’entraînement, a confié Silva après le match. C’était une grande surprise parce que j’attendais une opportunité. Je me suis senti bien dans le jeu, j’ai fait mon boulot. C’est un bon match du groupe. »

Son avenir s’écrit en pointillés au sein d’une équipe qui n’a pas encore gagné un match cette saison (deux défaites en championnat, deux nuls, une défaite en Libertadores) et qui est privé de sa recrue Fred (l’ancien Lyonnais) pour un long moment en raison d’une blessure à un genou. « Le contrat de Lucas Silva court jusqu’à la fin de la saison européenne, nous devons écouter le Real Madrid et Lucas Silva pour parler d’une prolongation ou non », avait confié le directeur sportif, Marcelo Dijan, il y a quelques semaines. 

Grand artisan des deux titres en 2014 et 2015

Une prudence qui tranche avec les premiers pas du joueur au club. Il avait grandement participé aux titres de champions de 2013 et 2014 au point donc d’attirer le regard du Real, conquis par ses qualités de passes et de lecture du jeu. Quatre ans plus tard, il n’est plus que le quatrième choix dans l’entrejeu. Mais la méforme d’Ariel Carbal et la convalescence de Lucas Romero lui offrent l’opportunité d’enchaîner enfin. Il lui reste deux mois pour retrouver son niveau et faire remonter sa cote avant de vraisemblablement rentrer au Real Madrid. Sur la pointe des pieds.