<

Lionel Messi, la défaite de trop qui fait dire stop

Lionel Messi
Lionel Messi AFP

Battu avec l’Argentine par le Chili ce dimanche en finale de la Copa America, sa troisième défaite sur la dernière marche d’un tournoi international en trois ans, Lionel Messi a annoncé dans la foulée sa retraite internationale. A 29 ans. Il n’égalera jamais l’idole Diego Maradona. 

Il y a quelques années, certains osaient l’imaginer succéder dans le cœur des Argentins à la légende vivante Diego Maradona. Il y avait une Coupe du monde à gagner, au moins, mais la chose ne paraissait pas impossible. Lionel Messi restera finalement comme le soliste génial qui n’aura pas réussi à faire gagner son pays. Et qui l’abandonne à… 29 ans. Coup de colère instinctif sur le coup de la déception ? Véritable décision sur laquelle il ne reviendra pas ? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais à l’heure d’écrire ces lignes, le génial lutin argentin a pris sa retraite internationale

« J’aurais tellement voulu ramener un titre… »

« La sélection, c’est fini pour moi, a-t-il lancé à l’issue de la défaite de son Albiceleste contre le Chili ce dimanche en finale de la Copa America du centenaire. C’est la quatrième finale que je perds, la troisième de suite. C’est un moment dur pour moi et pour toute l’équipe. C’est très difficile. J’aurais tellement voulu ramener un titre de champion en Argentine. Je m’en vais sans y être parvenu. » Mondial 2014. Copa America 2015 puis 2016. Les trois défaites en finale sur les trois dernières années ont eu raison de la motivation de Messi, sans oublier celle de la Copa America 2007. 

Incapable de faire gagner un pays de foot plus titré dans un grand tournoi international (hors JO) depuis 1993 et battu sept fois dans des finales dans l’intervalle, la « Pulga » a vécu un dimanche soir très frustrant qui a précipité sa décision. Au programme ? Des Chiliens qui l’éteignent dans le jeu comme l’année précédente, avec un Arturo Vidal en chien de garde, et surtout un tir au but expédié au-dessus des cages de Claudio Bravo, son coéquipier au Barça, pour entamer la séance. Celui qui avait été le seul Argentin à réussir sa tentative dans la finale 2015 a cette fois précipité la défaite des siens. La goutte de trop. 

Une tache indélébile sur son héritage

« J’ai fait tout ce que j’ai pu mais ce n’est pas pour moi, a-t-il déclaré plein d’émotion. On a encore perdu une finale. Cela me fait très mal de perdre, en plus aux tirs au but. Ma décision est prise. » Critiqué par Maradona avant le tournoi pour son manque de personnalité, Messi n’a pas répondu présent quand on l’attendait. Et cela ne lui convient pas. Après 112 capes dans une carrière internationale débutée à 19 ans en août 2005, celui qui est devenu le meilleur buteur de l’histoire de la sélection argentine – 55, un de plus que Gabriel Batistuta – avec ses cinq réalisations dans cette Copa America (il a été élu dans le meilleur onze de la compétition) dit donc adieu au maillot ciel et blanc.

A 29 ans, il lui reste le Barça, cette machine à empiler les titres qui lui a permis d’amasser cinq Ballons d’Or. Il y multipliera encore sans doute les exploits Mais son vide avec l’Argentine, avec qui il a tout de même remporté la médaille d’or olympique à Pékin en 2008, restera une tache indélébile dans son héritage de footballeur. Difficile de rester comme le meilleur de l’histoire quand on ne mène pas une équipe comme l’Argentine à un grand titre international. Le coup de déprime final serait peut-être de voir Cristiano Ronaldo, son grand rival, remporter l'Euro avec le Portugal... « Si nous perdons, qu’ils ne rentrent pas », avait lancé Maradona avant la finale. L’élève a écouté le maître. On espère qu’il changera d’avis. Une Coupe du monde 2018 sans Messi perdrait un peu de sa saveur.