La taxe à 100%, cette règle qui change tout pour le mercato chinois

Hulk
Hulk AFP

Eldorado financier du ballon rond ces dernières années, la Chine devrait moins attirer de stars à l’occasion de son mercato qui ouvre ce lundi. La raison ? Une nouvelle règle, dite taxe à 100%, qui oblige les clubs de Chinese Super League (diffusée en exclusivité sur SFR Sport) à payer deux fois le montant d’un gros transfert pour un étranger ! Explications.

Oscar, Hulk, Carlos Tevez, Ezequiel Lavezzi, Axel Witsel, etc… La liste des grands noms du football ayant craqué devant les salaires XXL de la Chinese Super League n’a cessé de grandir depuis deux ans, époque où le président chinois Xi Jinping avait lancé un grand mouvement de développement du football pour que son pays compte enfin sur la scène du sport le plus populaire de la planète. Mais à l’heure de l’ouverture du mercato de la CSL, qui débute ce lundi et prendra fin le 14 juillet, cette tendance s’oriente plutôt à la baisse. La faute à quelques règles mises en place par les autorités pour baisser l’intensité de la vague et permettre aux joueurs locaux, et par ricochet à l’équipe nationale, de se développer.

Un U23 local dans le onze pour chaque étranger titularisé

Alors que l’administration générale des sports avait demandé aux clubs d’arrêter les dépenses irresponsables en janvier, la Fédération chinoise (CFA) a accompagné cette volonté avec des éléments tangibles. Depuis le début de la saison, en mars, les clubs de CSL sont ainsi obligés d’aligner au moins un joueur chinois de moins de 23 ans dans leur onze de départ. Et le mois dernier, la CFA leur a ordonné de titulariser un U23 local pour chaque joueur étranger présent dans l’équipe qui débute une rencontre. Mais c’est surtout la règle de la « taxe à 100% », dont les détails ont été envoyés aux clubs mercredi dernier, qui change la donne.

Au-delà de 5,9M€, il faudra payer deux fois le montant du transfert

L’idée ? Chaque équipe qui dépensera plus de 45 millions de yuans (environ 5,9M€) pour le transfert d’un joueur étranger devra donner le même montant que celui de la transaction à un fonds national de développement des jeunes joueurs chinois. Ce qui devrait calmer les velléités pour les joueurs à forte valeur marchande. Pour Diego Costa, la rumeur évoquait l’hiver dernier un Tianjin Quanjian capable de lâcher 150M€ pour recruter le buteur de Chelsea. Avec les nouvelles règles, cela leur en coûterait 300M€. Et si un club désire faire une offre folle pour Cristiano Ronaldo, de l’ordre de 200M€ comme on en entend parler ces derniers temps, cela ferait monter la note à 400M€. Le tout avant même de payer le moindre salaire. Si des étrangers devraient continuer à arriver en CSL, et même si signer des joueurs en fin de contrat permet de contourner le problème, l’afflux de stars pourrait donc se tarir avec cette taxe à 100%.