<

Arteta, Planchart, Torrent: Les hommes de l’ombre de Guardiola à Man City

Pep Guardiola (deuxième à gauche) et une partie de son staff

Architecte du superbe jeu proposé par Manchester City cette saison, Pep Guardiola a vu méthode récompensé par un titre de champion en Premier League. Un sacre qui célèbre aussi le travail, beaucoup plus dans l’ombre, de son staff. Relevé d’effectif.

Dans la liste, un seul nom parlera aux amateurs de ballon rond. Ancien joueur (entre autres) du PSG, d’Everton et d’Arsenal, Mikel Arteta est l’un des assistants les plus importants de Pep Guardiola, qui a poussé le nouveau champion d'Angleterre Manchester City à s’offrir ses services à l’issue de sa carrière de joueur en 2016. Pour deux raisons : ses onze années passées sur les pelouses du championnat anglais, qui offrent au technicien catalan une meilleure connaissance du football locale, et ses qualités de joueur à peine retraité qui lui offrent un rôle essentiel à l’entraînement. C’est ainsi lui qui a pris en charge le travail individuel de Raheem Sterling pour le faire progresser comme le voulait Guardiola. « Il lui a fait bosser la dernière passe et le contrôle dans les derniers instants, même après les séances d’entraînement », racontait récemment ce dernier en conférence de presse. Avec un Sterling à dix-sept buts et onze passes décisives en Premier League, le travail a payé. Mais le Basque Arteta n’est pas le seul assistant rouage du bon fonctionnement du système Guardiola.

A ses côtés, on trouve également le Catalan Domenec Torrent. La face B de Pep, avec qui il travaille depuis les débuts de sa carrière de coach sur le banc du Barça B en 2007 et « le lieutenant en qui il a le plus confiance » dixit le Telegraph. Son troisième assistant coach se nomme Brian Kidd. Assistant de Sir Alex Ferguson, avec qui il s’était ensuite brouillé, chez les Red Devils entre 1991 et 1998, cet ancien attaquant international anglais (deux sélections) qui a porté les maillots de Manchester United et Manchester City a rejoint les Cityzens en 2009 – après des expériences dans le staff à Blackburn, Leeds, Sheffield United et en équipe d’Angleterre – pour prendre en mains les équipes de jeune du club après quelques mois comme assistant du manager intérimaire Paul Hart. Il sera ensuite l’assistant de Roberto Mancini puis Manuel Pellegrini avant d’endosser ce rôle pour Guardiola à son arrivée. Très populaire à City, il symbolise le lien avec le passé (moins glorieux et moins riche) du club et se révèle très précieux pour le manager avec sa connaissance pointue du foot anglais.

L’ancien coach du Bayern n’a d’ailleurs pas hésité à garder plusieurs anciens du club à ses côtés pour faciliter son intégration et son travail. Outre Kidd, on retrouve ainsi le Catalan Rodolfo Borrell, autre coach assistant qui avait rejoint Manchester en mars 2014, après une expérience comme coach de l’académie de Liverpool entre 2009 et 2013, pour endosser le rôle de directeur technique international (chargé relations avec les équipes partenaires du club à l’étranger, comme le New York City FC) avant de travailler pour les équipes de jeunes des Cityzens des U9 aux U21. Puis d’intégrer le staff de l’équipe première à l’arrivée de Guardiola à l’été 2016, un poste où il peut conseiller le coach sur les pépites de l’académie à qui offrir une chance. La fibre catalane de Pep se retrouve également avec Carles Planchart, qui occupe le poste analyste de la performance. Partenaire de Guardiola depuis ses débuts sur un banc en 2007, Planchart se charge de disséquer en vidéo les adversaires des joueurs mancuniens comme leurs propres performances. Un regard très précieux pour Pep.

Deux autres Espagnols, pas des Catalans cette fois, complètent le staff : Lorenzo Buenaventura, le préparateur physique, en charge de planifier la montée en puissance des équipes de Guardiola depuis qu’il la rejoint en 2008 pour sa première saison sur le banc de l’équipe première du Barça, et Xabier Mancisidor, l’entraîneur des gardiens, qui était déjà au club sous l’ère Manuel Pellegrini et qui a joué un rôle essentiel dans l’adaptation du Brésilien Ederson à la Premier League et aux demandes du manager cette saison. Impossible, enfin, de ne pas citer Manuel Estiarte. Ami d’enfance et confident de Guardiola, celui qui avait expliqué au monde la théorie des trente-deux minutes chères à Pep – qui veut que ce dernier ne puisse pas passer plus de trente-deux minutes sans parler football – possède le titre officiel de responsable du soutien aux joueurs et du protocole. Homme à tout faire, il cultive le lien entre son patron et le groupe. « Les yeux et les oreilles » de Guardiola, comme le résume le Telegraph.