<

Henry, ce cavalier boudé par son cheval

DR

Quatorzième de la finale Coupe du monde de dressage ce samedi à Bercy, Ludovic Henry entretient une relation ambiguë avec son cheval, After You. Le Français voit toutefois des signaux positifs dans ce week-end, en vue de la suite.

« Aux Jeux Olympiques, je l’ai lâché… il était au triple galop au Stade Olympique ! Aux championnats d’Europe, il a entendu les clic-clac des photographes, il est parti et a failli décapiter des gens ! » Quand Ludovic Henry parle d’After You, son hongre de 15 ans, il n’y a que sourire et malice. C’est pourtant un drôle de numéro qu’il doit monter et surtout canaliser, téléguider, lors des concours de dressage. Pas question que sa monture détale lorsque résonnent les premières notes de musique. 

"Je ne peux pas m’en occuper au box, il n'aime pas que je vienne le voir"

Ce n’est pas Ludovic Henry qui gère quotidiennement les facéties de son compagnon, mais sa femme : « Je ne peux pas m’en occuper au box. Il n’aime pas que je vienne le voir, confie le cavalier. Tout ce qui est à pied, c’est mon épouse qui gère. Avec lui, on se dérange. » After You a été castré assez tard et a gardé quelques coups de sang hérités de son passé d’étalon. 

Ludovic Henry avoue aussi n’avoir pas pris l’année nécessaire, lors de l’achat du cheval, pour éteindre ses ardeurs. Il savait pourtant que la bête avait envoyé valser son ancien propriétaire à l’hôpital le plus proche, plusieurs fois... Pas grave pour ce hongre, quarantième des Jeux Olympiques et qui a scoré 72,786% ce samedi lors du programme libre de la finale Coupe du monde de dressage. After You va continuer sa carrière avec Ludovic Henry, au moins jusqu’aux Jeux Equestres Mondiaux cet été aux Etats-Unis. Ensuite, ce sera une autre histoire avec Casanova S. Rien à voir avec le précédent cheval, « celui-là, il m’adore. »