Le bon coup de Mollema, frayeur sans conséquence pour Froome

AFP

Parti à 23 kilomètres de l’arrivée, Bauke Mollema (Trek) s’est imposé en solitaire au Puy-en-Velay au terme de la 15e étape. Le coureur néerlandais, qui bataillait l’an dernier pour le podium du Tour de France, décroche sa première victoire sur la Grande Boucle. Vêtu du Maillot Jaune, Chris Froome (Sky) s’est contenté de contrer les attaques de ses concurrents, sans trop trembler, malgré un incident mécanique.

Des miettes. De belles miettes certes mais des miettes tout de même. L’an dernier, il se battait pour le podium à seulement quatre étapes de la fin du Tour de France avant de dégringoler au onzième rang. Cette année, après un Giro où il a endossé le rôle de leader de l'équipe Trek-Segafredo pour une septième place finale, Bauke Mollema a signé une première victoire d’étape sur la Grande Boucle en sept participations.

Parti dans un groupe d’une dizaine de coureurs à 30 kilomètres, le coureur Trek a faussé compagnie aux Warren Barguil et autres Tony Gallopin et Thiabut Pinot pour aller s’imposer seul au Puy-en-Velay, au terme de cette 15e étape. Vainqueur d’une étape sur la Vuelta en 2013, Bauke Mollema signe son deuxième succès d’étape sur un Grand Tour.

Froome les tient tous

Puisqu’il a récupéré le Maillot Jaune à Fabio Aru pour 18 secondes, Chris Froome le sait : il n’a plus qu’à contrôler les assauts de ses concurrents. Il devra le faire aussi dans les Alpes, avant d’accentuer son avance dans le contre-la-montre individuel de la 20e étape à Marseille, à la veille de l'arrivée sur les Champs-Elysées. Le leader de la Sky, qui a failli perdre gros avec cet incident mécanique à 37 kilomètres de l’arrivée (dépanné par Mikel Nieve), bénéficie l’un lieutenant aux jambes de feu avec un Mikel Landa impressionnant pour contrôler des AG2R La Mondiale de Romain Bardet chauds bouillants avec une grande offensive à moins de 50 bornes de la ligne ou reprendre un Simon Yates qui a tenté crânement sa chance dans les dix derniers kilomètres. Sans stresser et parfaitement épaulé, le Britannique est revenu peu à peu pour réintégrer le groupe des favoris. La frayeur était passée.

Chris Froome conserve donc 18 secondes d’avance sur son dauphin Fabio Aru (Astana), handicapé par une équipe décimée et qui devra finir son Tour de France seul. Romain Bardet, qui a tenté de sortir dans les derniers kilomètres d'ascension derrière un impressionnant collectif AG2R, reste en embuscade à 23 secondes. Après la journée de repos ce lundi, le Français tentera à coup sûr de jouer son va-tout dans les Alpes. Vu ses jambes, cela peut payer et le Tour semble à sa portée. Mais pourra-t-il dépasser un Froome qui paraît plutôt serein dans son contrôle de la course ?