<

Porte frappe un grand coup et prend rendez-vous

Richie Porte
Richie Porte AFP

Impressionnant vainqueur du chrono de la 4e étape du Dauphiné, ce mercredi entre La Tour-du-Pin et Bourgoin-Jallieu, Richie Porte (BMC) s’est replacé au général (2e) dans l’optique de la victoire finale. Et a surtout marqué les esprits face à ses futurs rivaux du Tour, à commencer par un Chris Froome relégué à 37 secondes.

A un kilomètre près, la distance était la même. Et si la montée sèche de Notre-Dame de la Garde apportera un peu plus de piquant à celle de Marseille sur le Tour de France, le chrono de la 4e étape du Dauphiné, ce mercredi entre La Tour-du-Pin et Bourgoin-Jallieu, ressemblait bien à celui qui s’offrira aux favoris de la Grande Boucle le 22 juillet pour la 20e étape, à la veille de l’arrivée sur les Champs-Elysées. Il y aura alors trois semaines de course dans les jambes, ce qui pourrait donner des résultats moins attendus, mais l’occasion était trop belle pour ceux qui viseront le Maillot Jaune de prendre rendez-vous avec leurs rivaux. Conclusion ? Sur les 23,5 bornes du parcours, le patron s’appelait Richie Porte.

En grande forme, le coureur australien de la BMC a dominé ses adversaires du Dauphiné et du Tour : 35 secondes d’avance sur l’Espagnol Alberto Contador (Trek-Segafredo), qui a plutôt réussi son chrono, 37 sur le Britannique Chris Froome (Sky), vainqueur sortant des deux épreuves, 1’18’’ sur l’Italien Fabio Aru (Astana) et 1’53’’ sur le Français Romain Bardet (AG2R), dauphin de Froome sur la dernière Grande Boucle. Impossible non plus de ne pas citer Alejandro Valverde (Movistar), qui a très bien limité la casse avec seulement 24 secondes lâchées à Porte (troisième place de l’étape) et qui tient une forme incroyable à 37 ans, au point de se demander s’il ne pourrait pas rentrer dans la danse du général sur le Tour alors que sa troisième place au général (derrière le Belge Thomas De Gendt, qui a réussi à conserver 27 secondes d'avance sur Porte) lui permet déjà tous les espoirs sur ce Dauphiné.

Et maintenant, place à l’autre partie du test pré-Grande Boucle. De vendredi à dimanche, après une 5e étape qui offrira une dernière chance aux sprinteurs sur cette course entre La Tour-de-Salvagny et Mâcon, c’est la montagne qui va se dresser face au peloton. Et Porte ne se débrouille pas trop mal dans l’exercice. Connu pour son imparable accélération dans le final des arrivées au sommet, à l’image de sa victoire au col de la Couillole en mars sur Paris-Nice, l’Australien cherchera à prouver qu’il a le niveau de grimpeur nécessaire pour rivaliser avec Froome, qu’il avait déjà battu sur les cimes comme dans le chrono au Tour de Romandie (victoire finale) fin avril.

A 32 ans, celui qui avait pris la cinquième place du Tour l’an passé pour ses débuts en tant que leader sur la course la plus attendue de l’année sait qu’il a sans doute une énorme carte à jouer en juillet cette année. Mais préfère prévenir : « Froomey sera à un autre niveau à ce moment-là ». Pour se rassurer, le Britannique, qu’on a pu observer un peu décousu sur sa machine dans le chrono de ce mercredi, cherchera sans doute à montrer un peu plus ses capacités lors de ces trois jours dans les Alpes pour conclure le Dauphiné. Si Porte le domine encore sur ce terrain de jeu, l’heure de l’inquiétude aura-t-elle sonné ? Réponse en fin de semaine.