<

Le Mans, retour vers un glorieux passé

Panoramic

La grande finale de la Jeep ELITE débute ce mercredi soir, avec le match 1 du choc entre Monaco et Le Mans (20h45 en direct sur SFR Sport 2). Après avoir manqué les playoffs l’an dernier pour la première fois depuis 20 ans, le MSB peut croire en un cinquième titre de champion de France face à une Roca Team qui découvre les joies d’une finale. Avec un retour à ses plus belles heures.

Voir Le Mans ne pas disputer les playoffs l’an dernier avait quelque chose de presque anormal. Cela n’était pas arrivé depuis 20 ans et les Manceaux s’étaient promis de rectifier le tir dès la saison suivante. Mission accomplie pour le MSB, qui dispute même ce mercredi le match 1 de la finale de Jeep ELITE contre Monaco (20h45 sur SFR Sport 2), qui découvre ce stade de la compétition. 

Meilleure défense cette saison

Meilleure défense durant la saison régulière (74,7 points encaissés, soit une première depuis 2009 et ces 67,6 points), avec 13 matches ayant dépassé les 100 d’évaluation (du jamais vu depuis Vincent Collet en 2005), le 12e de l’an dernier a terminé le championnat à la troisième place. En ayant éliminé une équipe de l’ASVEL ambitieuse et une SIG quintuple finaliste de la compétition. Un vrai renouveau pour le club, quatre fois champion de France (1978, 1979, 1982 et 2006), qui va disputer la 12e finale de son histoire. 

« On va essayer de gérer ça au mieux, confiait Eric Bartecheky après la victoire mancelle dans le match 5 d’une demi-finale électrique contre Strasbourg. La défense de Monaco est encore plus oppressante que celle de Strasbourg. On va déjà apprécier ce moment fort pour le club et… pour moi : jusqu’à présent je n’étais pas allé plus loin que les quarts de finale. » Après avoir qualifié Le Havre pour les playoffs, après avoir replacé Pau dans le top huit, le coach de 45 ans redonne donc du prestige à un MSB qui avait souffert de la concurrence du clinquant Monaco, des moyens de l’ASVEL, de la constance de la SIG et de la surprise Chalon. 

« On ne prend pas cette finale comme un bonus »

Le Mans a battu deux fois Monaco lors de la saison régulière. Est-ce un signe de supériorité ? « L'équipe monégasque a beaucoup changé et s'est bien renforcée au cours de la saison, insiste-t-il auprès de l’AFP. On a aussi perdu contre eux en finale de la Leaders Cup (83-78). Maintenant, on ne prend pas non plus cette finale comme un bonus. On l'aborde avec beaucoup d'ambitions. Je n'aime pas l'expression : "on n'a rien à perdre". Si, on a justement une finale à perdre. On va tout faire pour la gagner. »