Le Barça remet les compteurs à zéro

Thomas Heurtel
Thomas Heurtel AFP

Auteur de la pire saison de son histoire, le FC Barcelone a chamboulé tout son effectif cet été en recrutant notamment les Français Kevin Seraphin, Thomas Heurtel et Adrien Moerman pour retourner au Final Four de l’Euroligue (diffusée en exclusivité sur SFR Sport) qui le fuit depuis 2014.

A l’image de la Catalogne, le FC Barcelone Lassa a fait sa révolution cet été. Elle était attendue au terme d’une saison catastrophique pour le club le plus titré d’Espagne. Sixième de la saison régulière (son pire classement depuis 1913), l’équipe s’est arrêtée en quarts de finale du championnat d’Espagne. Elle a fait pire sur la scène européenne avec une onzième place dans le Top 16 de l’Euroligue et une non-qualification pour les playoffs. Les Catalans ont conclu la saison sans aucun trophée. 

Une triplette française à la manoeuvre

Le changement s’imposait et il a eu lieu dans de larges proportions avec les départs de Doellman, Oleson, Renfroe, Perpéroglou, Munford, Faverani et Lawal. L’entraîneur Georgios Bartzokas a aussi fait les frais de ces échecs répétés en étant remplacé par Sito Alonso. Pour retrouver le Final Four de l’Euroligue, qu’ils n’ont plus fréquenté depuis 2014, les Blaugrana ont parié sur la triplette française Thomas Heurtel-Kevin Séraphin-Adrien Moerman. Ils ont aussi conservé leur star, Juan Carlos Navarro, qui disputera la 17e saison européenne de sa carrière, tout en arrachant la signature de l’arrière ou ailier hongrois Adam Hanga, élu meilleur défenseur de la compétition par les entraîneurs la saison dernière.

Heurtel déjà bouillant

La greffe a déjà pris puisque le Barça a remporté ses deux premiers matches de championnat, dont un récital de Thomas Heurtel lors du premier (23pts, 9 passes), un joueur qui reste sur une grosse saison avec l’Efes Istanbul puisqu’il avait terminé deuxième meilleur passeur du championnat de Turquie et MVP du mois de février en Euroligue. Le Barça pourra aussi compter sur une entame clémente en Euroligue avec quatre réceptions lors des six premiers matches. Avec de la densité dans la raquette (Tomic, Moerman, Hanga) et de la créativité (Heurtel, Pressey, Koponen, Garcia) en fond de terrain, le Barça a les armes pour remonter la pente. Ça ne pourra pas être pire que la saison dernière.