<

Batum ne comprend pas les critiques sur les absents en Bleu

Panoramic
Invité de "Basket Time" ce lundi sur RMC, Nicolas Batum a répondu aux critiques qui émanent en France, concernant un supposé manque d'investissement de certains joueurs en équipe nationale. L'ailier des Hornets dit ne pas comprendre cette rancoeur, insistant sur la complexité des dossiers pour les joueurs NBA. Avec en tête un certain Rudy Gobert, qui avait fait l'impasse sur l'Euro l'an dernier.

Si le Graal d'un joueur de football est incontestablement de porter les couleurs de son pays, les choses sont un peu différentes en basket, sport dans lequel le rêve absolu se nomme souvent NBA. Trois lettres pour un championnat mythique, avec ses règles strictes, qui rendent parfois la combinaison carrière en franchise et en sélection compliquée. Dans "Basket Time" ce lundi sur RMC, Nicolas Batum est revenu sur ce débat sans fin, qui était réapparu l'an dernier lorsque Rudy Gobert avait décidé de ne pas disputer l'Euro avec l'équipe de France. 

"Cela ne m'empêchera pas d'accueillir Gobert pour la Coupe du monde"

« Je trouve ça un peu con… je suis désolé de dire ça comme ça, déplore l'ailier des Hornets. Les gens ne connaissent pas 100% des dossiers, les raisons pour lesquelles ils ne viennent pas, l’emploi du temps des joueurs, leur vie... Il faut surtout arrêter de bâcher certains. J’ai été un des seuls à protéger (Joakim) Noah ! Je continuerai : j’ai toujours essayer de protéger des mecs qui ne viennent pas pour ces raisons. En général, je connais les vraies raisons et je n’ai jamais eu la haine contre qui que ce soit : chacun fait son choix. »

En cause, des questions d'assurance concernant les équipes NBA, qui débourse des fortunes en contrats mais estime devoir être la priorité absolue du joueur. Ce sont d'ailleurs souvent les franchises qui autorisent ou non les gros joueurs à partir en équipe nationale. « Tout le monde est le bienvenu en équipe de France mais chacun a une vie, chacun a une carrière, une saison derrière, un club derrière…, ajoute Nicolas Batum Je peux comprendre que cela déçoive. Mais moi, en tant que joueur, cela ne me déçoit pas. Rudy Gobert n’est pas venu l’année dernière et ne vient pas en septembre, mais cela ne m’empêchera pas de l’accueillir l’année prochaine pour la Coupe du monde. » Le 29 juin, les Bleus affronteront la Bosnie-Herzégovine dans le cadre des éliminatoires pour la Coupe du monde 2019. Rudy Gobert n'est pas certain d'être présent.