<

Jumping Bordeaux : Staut, chef de file tricolore

AFP

Bordeaux accueille ce samedi l’avant-dernière étape de la Coupe du monde de jumping (20h30, en direct sur SFR Sport 3). En tête de la compétition à deux Grands Prix de la finale parisienne, Kevin Staut mènera la délégation tricolore, qui a remporté les deux dernières éditions.

Ils sont 11 représentants français à espérer briller à domicile, 11 cavaliers tricolores en lice ce samedi lors de l’avant-dernière étape du circuit Coupe du monde (avant la finale à Paris en avril prochain) sur la piste de Bordeaux (à partir de 20h30 sur SFR Sport 3). Gagner en Gironde prend des allures de tradition pour les Bleus, qui ont remporté les deux dernières éditions (12 victoires depuis 1978).

Vainqueur en 2012 et 2016, Kevin Staut arrive en favori. Champion olympique par équipe à Rio, l’ancien numéro 1 mondial (quatrième au ranking mondial actuellement) est en tête du classement Coupe du monde, assuré depuis longtemps de disputer la finale de l’épreuve. Il sera associé à Rêveur de Hurtebise, 17 ans, qui approche de la fin de sa carrière au plus haut niveau. Le couple avait pris une jolie cinquième place à Leipzig le 21 janvier dernier. Reste un petit goût d’inachevé pour Kevin Staut, qui n’a pas encore remporté de Grand Prix Coupe du monde cette saison.

Staut dans « une situation confortable »

A propos de sa réussite bordelaise, le Français joue la carte du pragmatisme. « C’est la reprise de la saison, même si celle-ci ne connaît plus vraiment de pause, explique-t-il sur le site du concours. Nous sommes en février et nous arrivons à Bordeaux avec deux configurations possibles chacune toute aussi motivante. La première, ce fut avec Silvana avec laquelle j’avais déjà acquis tous les points nécessaires pour aller en finale ; la seconde, un peu plus cruciale, c’était avec Rêveur à un moment où j’avais encore besoin de points. En arrivant largement qualifié, en tant que cavalier français, on profite de cette situation confortable, sans pression, pour gagner une étape devant son public. Dans l’autre cas, on monte avec cette pression supplémentaire, mais positive, de devoir glaner ces derniers points. »

Champion olympique aux côtés de Staut, Roger-Yves Bost arrive lui aussi sans pression. Bosty est déjà qualifié pour Bercy et a brillamment remporté l’étape de Madrid en novembre avec Sydney Une Prince*Treize, en venant à bout d’un barrage à 18 concurrents (!). La vitesse, atout majeur du cavalier de 52 ans. Derrière, deux autres Français peuvent valider leur billet pour Paris : Simon Delestre et Julien Epaillard, respectivement 14e et 16e du classement, qui visent une place dans le top huit. Les autres cavaliers tricolores, dont Pénélope Leprévost, ne viseront qu’un résultat ponctuel.