<

Birmingham : Mayer en or... d'un rien !

Reuters
Champion du monde de décathlon depuis l'an dernier, Kevin Mayer s'est offert le titre mondial sur l'heptathlon ce samedi, lors des Mondiaux en salle de Birmingham. A bout physiquement, le Français a eu très très chaud et décroche l'or avec cinq petits points de plus que son poursuivant canadien Damian Warner, qui a remporté le 1000 mètres. Une bonne leçon à retenir. 
Cinq points. Cinq petits points pour un grand bonheur, cinq petits points qui évitent une immense déception. Arrivé avec l'étiquette d'archi favori et un statut de champion du monde de décathlon depuis l'an dernier, Kevin Mayer s'est offert le titre mondial en salle sur l'heptathlon ce samedi à Birmingham. Pour cinq petits points donc, qui le séparent du Canadien Damian Warner (6348 points contre 6343). 

"Je n’aurais pas dû faire l’hiver parce que je suis vraiment marqué"

Après avoir battu ses records personnels sur les deux premières épreuves (6’’85, -1/10e sur 60m et au saut en longueur avec 7,55m, + 1 cm), le successeur annoncé de la légende Ashton Eaton a retrouvé son démon des championnats de France : la fatigue physique. Un coup de moins bien à la hauteur vendredi (2,02m) et surtout une perche "modeste" à 5m ce samedi (loin de son record personnel de 5,60m) lui ont causé de grosses frayeurs. Dans la dernière épreuve - le 1000m - Kevin Mayer aura encore accusé le coup. Incapable de suivre le rythme imprimé par Damian Warner, il ne conserve l'or que pour 44 centièmes ! 

Ses deux poings rageurs en disaient long sur sa souffrance. Le titre lui était promis, il est pour lui. Reste que la manière est décevante pour celui qui domine les épreuves combinées de la tête et des épaules... peut-être pas encore tout à fait des jambes. « J’ai mal de partout, honnêtement, je suis KO, confiait Kevin Mayer après la perche. J’ai tout le temps tendance à vouloir en faire trop cette année, je n’aurais pas dû faire l’hiver parce que je suis vraiment marqué. Je suis sur les rotules de partout et je ne sais pas ce que je vais pouvoir faire (sur 1000m). » C'est aussi dans la douleur qu'on progresse. En attendant, le Français est champion du monde et vice-champion olympique du décathlon, champion du monde et champion d'Europe sur l'heptathlon.