Liévin : le retour du Bosse

Panoramic

Six mois après son titre mondial acquis sur 800m à Londres, Pierre-Ambroise Bosse effectue ce mardi sa rentrée à l’occasion du meeting indoor de Liévin (à suivre à partir de 20h en direct sur SFR Sport 2). Un simple one shoot hivernal afin de s’offrir un bain de foule et valider une préparation studieuse effectuée loin, très loin de la France.  

A ceux qui le voyaient festoyer plus que de raison et s’offrir des tournées à n’en plus finir, Pierre-Ambroise Bosse a déjà envoyé un message cinglant. Le titre mondial sur 800m et la bagarre en sortant d’une boîte de nuit à peine digérés, le miler ne s’est perdu dans les méandres de la notoriété mais vite réfugié dans la valeur travail. La seule qui vaille quand on souhaite rester au top et prouver qu’on ne sera jamais ô grand jamais l’homme d’un seul jour, d’une seule course. Il faut dire que son sacre planétaire l’a totalement boosté, carrément galvanisé.

« Ca lui ouvert son appétit, raconte Pierre-Henri Cachera, qui l’a suivi durant toute sa préparation et dont le reportage sera diffusé ce mardi sur les antennes de SFR Sport et BFM Sport. Désormais, il ne se fixe plus de limites.  Il s’est complètement émancipé. Ses ambitions sont multiples : devenir champion d’Europe (cet été à Berlin), battre son record personnel (1’42’’53 en 2014). Rien n’est exclu, pas même le record du monde de Rudisha (1’40’’91 en 2012). »

Chaleur et anonymat

Parce que sa notoriété l’empêche désormais de s’entraîner en toute quiétude du côté de Gujan-Mestras, PAB a décidé de modifier quelque peu ses habitudes en effectuant un enchaînement inédit de stages qui l’aura conduit d’Agadir (Maroc) à Brisbane (Australie) en passant par Melbourne (Australie) et Auckland (Nouvelle-Zélande). Là où tu peux aller chercher soleil, à l’abri des regards indiscrets et dans le plus strict anonymat, en compagnie de son coach Alain Lignier et de son agent-sparring partner Kevin Hautcoeur.

Trois mois de prépa intensive presque idyllique où le demi-fondeur licencié à l’US Créteil était en avance sur ses temps de passage au même stade de la saison, avant qu’une douleur aux ischio ne vienne freiner ses ardeurs. Un problème musculaire qui refait régulièrement surface et qui l’a contraint à ne pas s’attaquer ce mardi à Liévin au record de France du 1000m (détenu par Mehdi Baala en 2'13''96 depuis 2004), après avoir mis la pédale douce durant une dizaine de jours. 

Son premier bain de foule 2018

Mais le coureur, aussi doué que fantasque, tiendra bien sa place. Quitte à courir un peu avec le frein à main et se contenter d’une prestation potable malgré quelques dernières séances d’intensité rassurantes avec les pointes. « Il connaît très bien son corps et sait être à l’écoute, racontait récemment son ostéopathe, Geoffroy Kevorkoff dans Athlétisme Magazine. C’est un vrai professionnel sur la récupération et la prévention. Il s’étire tous les soirs avec une grande routine. »

Si Bosse effectuera une sortie dans le Nord-Pas-de-Calais, ce sera également histoire de s’offrir un bon gros bain de foule en France et d’aller à la rencontre d’un public qui n’aura d’yeux que pour « son » champion. Rendez-vous fixé à 22h20, en guise de bouquet final du meeting. L’horaire idéal pour ce noctambule invétéré qui vit la nuit et ouvre rarement les yeux avant midi. L'héritage de ses années de fêtard. Mais ça, c'était avant.