<

Rabat: Trois pépites et un vieux briscard pour un 100m de feu

Noah Lyles
Noah Lyles Reuters

Le meeting de Rabat, neuvième manche de la Ligue de Diamant, propose un 100m de feu, ce vendredi (21h, en direct sur SFR Sport 1) avec les quatre meilleurs performeurs sur la distance depuis les JO 2016.

A défaut d’être une année de grands championnats (JO ou Mondiaux), 2018 est le théâtre du renouveau du sprint mondial dont le vide laissé par Usain Bolt vise à être comblé par une nouvelle génération ultra talentueuse. Ses trois plus beaux représentants seront de sortie lors du meeting de Rabat, ce vendredi (à partir de 21h en direct sur RMC Sport 1). Un vieux briscard (Mike Rodgers) complète ce casting qui regroupera les quatre meilleurs performeurs (tous américains) depuis la ligne droite des Jeux Olympiques de 2016 à Rio. 

La bombe Coleman revient

Chris Coleman, le plus rapide d’entre eux depuis deux ans (9’’82 à Eugene en 2017), fera son grand retour depuis le 31 mai et sa blessure aux ischio-jambiers. Un coup de frein après une saison hivernale canon lors de laquelle il a couru à trois reprises sous le record du monde du 60m (qu’il a baissé à 6’’34 à Albuquerque) et a été sacré champion du monde de la distance. Le tout quelques mois après avoir battu la légende Bolt en demi-finale, puis en finale des Mondiaux de Londres où il avait décroché la médaille d’argent derrière Justin Gatlin. 

Lyles-Baker se retrouvent

En son absence, deux autres pépites du sprint américain ont porté le flambeau très haut : Noah Lyles (9’’88, MPM à Des Moines) et Ronnie Baker (9’’88 à Paris). Lyles, champion du monde junior sur 100m en 2016, est devenu le plus jeune champion des Etats-Unis depuis 34 ans sur la ligne droite le 22 juin dernier en devançant Baker (9’’90). Une énorme performance pour celui qui est plutôt spécialiste du 200m (dont il détient également la meilleure performance mondiale de l’année, 19’’69). 

Ce vendredi, il retrouvera Baker qui a égalé sa meilleure performance mondiale de l’année à Paris une semaine plus tard. Il défiera également l’autre homme en forme sur 100m, le vétéran Michael Rodgers (33 ans), qui explose sur le tard alors qu’il ne compte aucune médaille mondiale à son palmarès en individuel en extérieur (deux en argent sur 4x100m lors des Mondiaux 2013 et 2017). Ce dernier a été battu d’un centième par Lyles lors du 100m des championnats américains (9‘’89) mais affiche donc la troisième performance mondiale de l’année qui n’est plus très loin de son record personnel (9’’85 en 2011). Ajoutez l’Ivoirien Arthur Cissé (9’’94) et le Britannique Reece Prescod (10’’04) et vous obtenez un casting de rêve pour une explication à ne pas rater.