<

Rabat : Les rendez-vous à ne pas manquer

Mariya Lasitskene
Mariya Lasitskene Panoramic

Le meeting de Rabat, neuvième étape de la Ligue de Diamant, sera le théâtre de plusieurs courses ou concours de très haut vol, ce vendredi (21h, en direct sur RMC Sport 1) entre un 100m explosif, un concours à la perche relevé, l’intouchable Mariya Lasitskene à la hauteur ou le duel Dibaba-Obiri sur 5000m. 

Un 100m de feu

Le 100m de l’étape marocaine est certainement le plus attendu de la saison. Il opposera les quatre meilleurs performeurs depuis les Jeux Olympiques de 2016 qui sont tous américains : Christian Coleman (9’’82 en 2017), recordman et champion du monde du 60m qui fait son grand retour à la compétition après sa blessure aux ischio-jambiers contractée le 31 mai dernier, Noah Lyles (9’’88 le 22 juin 2018), Ronnie Baker (9’88, le 30 juin 2018) et le vétéran Michael Rodgers (9’’89 le 22 juin 2018). 

Lavillenie sur sa lancée ?

Relancé par ses succès à Lausanne (5,91m) et lors des Championnats de France la semaine dernière (5,80m), Renaud Lavillenie veut enchainer à Rabat face à une concurrence toujours plus aiguisée même si la pépite suédoise, Armand Duplantis, ne sera pas de la partie au Maroc. Le Français reprendra son bras de fer avec l’Américain Sam Kendricks qui l’a battu à Paris, le 30 juin dernier, dans le jardin de Lavillenie. Le tout en signant la meilleure performance mondiale de l’année (5,96m). Ce jour-là, Clermontois n’avait pris que la 3e place. Il veut confirmer sa montée en puissance face à des adversaires comme le Polonais Pawel Wojciechowski (5,84 m le 4 juillet à Lausanne) ou le Canadien Shawn Barber (5,92 m fin mars à Austin) qui pourrait le pousser dans les retranchements et lui permettre de passer le premier saut de la saison à 6m. 

Mariya Lasitskene toujours intouchable ?

La Russe Mariya Lasitskene visera à Rabat une 46e victoire consécutive au saut en hauteur, une discipline qu’elle écrase outrageusement. Elle a déjà signé cinq des sept meilleures performances mondiales de la saison, avec un point culminant à 2,04 m, le 30 juin au meeting de Paris. A Rabat, elle pourrait s’attaquer au vieux record du monde de la Bulgare Stefka Kostadinova (2,09 m), établi en 1987. La Bulgare Mirela Demireva, battue seulement aux essais le 10 juin au meeting de Stockholm (2 m), et la jeune Ukrainienne Yuliya Levchenko (20 ans), troisième à Paris avec 1,97m, seront de la partie pour la pousser encore plus haut.

Un 200m féminin très relevé

Comme le 100m chez les hommes, le 200m féminin promet une lutte intense puisque les quatre meilleures performeuses de la saison sont à l’affiche. La Nigériane Blessing Okagbare-Ighote, meilleur temps de la saison (22’’04) sera mise au défi par la Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo, championne olympique du 400 m (et médaillée de bronze sur 200 m aux Mondiaux de Londres en 2017), invaincue sur le demi-tour de piste cette saison (victoire aux Jeux du Commonwealth et MPM à Shanghai, 22’’06). L’Américaine Jenna Prandini (22’’22), championne des Etats-Unis, sera aussi de la partie.

Semenya pour casser une autre barrière

La Sud-Africaine Caster Semenya s’alignera sur une distance assez rare, le 100m. Elle pourrait y viser le record du monde de la Russe Svetlana Masterkova (2’28’’98 établi en 1996) même si le temps établi lors de sa seule course de la saison sur la distance est encore assez éloigné de cette marque (2’35’’43 à Pretoria). 

Un duel au sommet sur 5000m

Le plateau sera très relevé aussi sur le 5000m où l’Ethiopienne Genzebe Dibaba affrontera la Kényane, Hellen Obiri, vice-championne olympique à Rio en 2016 et championne du monde en titre de la distance. Dibaba a signé le meilleur temps de la saison à Eugene (14’26’’89) lors d’une course qu’elle avait remportée devant sa compatriote Letesenbet Gidey (14’31’’29, 2e MPM de l’année) et Obiri (14’35’’03, 3e MPM de 2018). Le duel promet des étincelles entre la 4e meilleure performeuse de tous les temps (14’15’’41 à Paris en 2015) et la 5e (14’18’’37 à Rome en 2017 pour Obiri).